Aller au contenu principal

«La rationalité des révolutions arabes»

Alkanatri. A, Mémoire, Université de Québec à Montréal, Septembre 2012, 131 p.

Souvent alimenté par des jeunes adultes se portant garant d’un meilleur avenir, «les révolutions récentes dans les pays arabes ont toutes visé l’effondrement d’un système politique que ces jeunes adultes percevaient comme corrompu et néfaste pour les citoyens et souvent soutenue artificiellement par les intérêts de pays étrangers».

Ce sont ces jeunes adultes qui éprouvent, affirme l’auteur, «des difficultés dans leur sort économique souvent imposé par un régime dictatorial qui ne se préoccupe pas des besoins réels de la population».

La technologie internet en vigueur aujourd’hui leur a accordé  un pouvoir nouveau leur permettant de se mobiliser et de s’organiser comme jamais auparavant.

En effet, le fait que les logiciels «Twitter» et «Facebook», entre autres, soient accessibles sur un ensemble d’appareils disponibles à la population a joué un rôle très important à «faire diminuer le niveau d’incertitude que les masses puissent avoir sur l’avancement de leur cause révolutionnaire».

Ce qui s’est passé s’assimilait il à une révolution ? s’interroge l’auteur.

Et de répondre que la définition la plus conventionnelle désigne une révolution comme «le renversement soudain et souvent violent dun régime politique par un mouvement populaire ayant pour conséquence une transformation profonde des institutions, de la société et de ses valeurs».

Samuel Huntington définit les «Grandes Révolutions» comme un changement rapide, complet et violent des valeurs, de la structure sociale, des institutions politiques, des pratiques gouvernementales et du leadership sociopolitique.

Autrement :

+ La révolution doit apporter les sens d’un changement radical, profond, soudain, imprévisible et populaire.

+ Le changement radical, pour être une révolution, nimplique pas toujours des moyens radicaux si bien que la violence nest pas toujours une caractéristique de la révolution.

+ La rapidité nest pas toujours une condition de la révolution, même elle est nécessaire pour atteindre un changement soudain et imprévisible.

+ La popularité pas le leadership est la caractéristique principale de chaque révolution.

+ la révolution peut être complète ou partielle. Par exemple, «nous pouvons dire : révolution politique, sociale, économique, idéologique, technologique, intellectuelle ou même éthique».

Baudoin Dupret voit que lutilisation du terme de  «révolution» est un abus de langage «car il nest pas adéquat quand nous nobservons pas de chamboulement complet des sociétés et quand nous parlons de changement dans la continuité». Il préfère dutiliser le terme «révolte» pour décrire les mouvements au monde arabe.

Il voit aussi que «le potentiel de changement n’est pas révolutionnaire, mais orienté vers une réforme interne de l’établissement» et que les structures fondamentales des pays comme la Tunisie et  l’Egypte nont pas été bouleversées».

Tariq Ramadan choisit le terme «soulèvement», qui se trouve entre la révolution et la révolte. Le soulèvement devient une révolution, dit il, «sil atteint ses objectifs».

Il considère que le moment est historique, comme le sont les perspectives de sortir de lépoque des dictatures et aussi que ces soulèvements ne sont pas encore des révolutions.

Il y a peut être une révolution politique, note l’auteur, qui signifierait que les régimes politiques en Égypte, Tunisie, Libye et Yémen sont passés dun régime despote non démocratique, basé sur un seul parti politique ou sur une seule personne, à un régime démocratique basé sur la pluralité des partis, bien que certains fondements de ce changement politique ne se soient pas encore réalisés.

Cependant, nous navons pas réalisé un tel changement radical des systèmes économiques, sociaux ou culturels. Cest-à-dire «quil y a des révolutions politiques dans les quatre pays où le régime est parti, mais il est encore trop tôt de parler dune révolution complète».

Rubrique « Lu Pour Vous »

Rabat, 20 novembre 2014

Vous pouvez partager ce contenu